Accueil / Articles / Projet de loi de réconciliation économique : Non, pas en notre nom !

Projet de loi de réconciliation économique : Non, pas en notre nom !

Monsieur le Président de la République, retirez le projet de loi relatif à la « réconciliation économique ». Ne soyez pas une marionnette entre les mains de quelques hommes d’affaires véreux. Pas en notre nom !
Certes, la lutte contre la criminalité économique et financière n’est pas facile, celle-ci est en train de gagner du terrain, partout dans le monde. Certains groupes de pression sont d’une puissance telle que des élus cèdent à leur chantage et sacrifient paix, santé, éducation et alimentation de leurs concitoyens. Le lobbying est une matière enseignée aujourd’hui dans de nombreuses grandes écoles. Et le métier commence à faire rêver les futures élites. Et si des hommes ou des femmes politiques osent s’élever pour défendre l’intérêt général c’est leur « carrière » qui est menacée.
Face à une classe politique désemparée, ils sont organisés, riches et outillés. Présents partout, médias, ONG, associations, syndicats, partis, institutions, think tanks… rien ne leur échappe.
Avec leurs fameux experts, ils sont toujours à la (man)œuvre et ne relâchent pas la pression, ils s’invitent à Carthage et dans les allées du Bardo.
Mais les citoyens ne lâcheront rien non plus. Et cette lutte, nous l’avions menée et payée au prix fort ! Aujourd’hui, vous pouvez vous prévaloir d’une légitimité issue de l’élection et du suffrage universel. Vous êtes ainsi redevable aux citoyens et non à ceux qui ont le monopole économique et financier.
Autres temps, autres mœurs, ne capitulez pas devant ceux qui considèrent les institutions comme un simple outil au service de leurs affaires privées. Retirer ce projet de loi, est indispensable aussi bien à l’édification de l’État de droit qu’au développement économique de nos régions.
Retirez ce projet de la honte, pour que la paix revienne bientôt, mais avec la justice et sans l’oubli.

Bahija Ouezini, militante Ettakatol 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*